Gene Vincent & the Blue Caps

Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Gene Vincent & the Blue Caps

Message  Predicta le Sam 10 Nov - 10:47

Je suis fan de Rock 1950's, mais cette rubrique est ouverte à d'autres style. Cet artiste représente l'un des summum en matière de rock 'n' roll blanc des années 1950's d'ou cette hommage obligatoire.

Gene Vincent & the Blue Caps Nipkjt10

Né le 11 février 1935 à Norfolk (Virginie - USA)
Décédé le 12 octobre 1971 à Newhall (Californie - USA)
Titres légendaires: Be-Bop-A-Lula, Bleu Jean Bop, Say Mama, Lotta Lovin', race with the Devil ...

Gene Vincent & the Blue Caps Gene_v10
Predicta
Predicta

Messages : 41145
Date d'inscription : 09/11/2012

http://kustomkingdom.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Re: Gene Vincent & the Blue Caps

Message  Predicta le Sam 10 Nov - 10:48

https://www.nostalgie.fr/artistes/gene-vincent

Gene Vincent & the Blue Caps Gene_v11


Première grande figure du rock and roll et créateur du rockabilly avec Elvis Presley, Gene Vincent s'est inscrit dans la légende avec son manifeste du rock and roll, "Be bop a lula".

Eugène Vincent Craddock dit Gene Vincent , né le 11 février 1935 à Norfolk (Etats-Unis), décédé le 12 octobre 1971. Initié au blues et au gospel par la communauté noire, particulièrement présente là ou vit sa famille, à Munden Point à la frontière de la Caroline du Nord, Gene Vincent apprend rapidement la guitare. Il n'est pas rare de le voir accompagner les musiciens noirs et blancs, qui se lancent dans des improvisations, adossés à la vitrine du magasin que tiennent ses parents.

Une vie qu'il ne tarde pas à délaisser pour s'enGager dans la marine en 1952. Mais là encore, il continue de jouer, notamment des AIRs d'Hank WillIAMs du moins jusqu'à ce mois de juillet 1955, où il est victime d'un accident de la route près de sa base de Norfolk. Alors qu'il circule à moto, il est percuté par une voiture qui vient de brûler un feu rouge. Les conséquences sont dramatiques pour le jeune homme, qui, blessé à la jambe, échappe à l'amputation en acceptant un appareillage. Lors de sa convalescence, il va croiser un jeune artiste, à peine connu, un certain Elvis Presley qui se produit à Norfolk en juillet 1955. C'est la révélation... le rockabilly.




Gene Vincent & the Blue Caps Gene_v12
Il écrit en 1956 "Be a bop a lula" (l'expression "Be boop", tirée d'une composition de Dizzy Gillespie définit le nouveau jazz moderne). Entourés de son groupe, les Virginians rebaptisés les Blue Caps (dont les membres seront régulièrement amenés à changer), Gene Vincent part pour Nashville avec une maquette de trois titres, "Be a bop a lula" évidemment, "Race with the devil" et "I sure miss you". "Be a bop a lula" est retenu pour figurer sur son 45 tours, mais sur la face B. C'est "Woman Love" qui constitue le titre principal. Mais les programmateurs font leur choix et retiennent "Be a bop a lula" qui se vend à 200.000 exemplAIRes en à peine un mois.

Surfant sur ce succès, le chanteur enregistre "Bluejean bop", dont le single éponyme parvient péniblement à flirter avec la 50éme place. L'exil en Europe Q'importe, en 1957, l'artiste s'entoure des JordAnaires, les choristes d' Elvis Presley , pour enregistrer trois titres de l'album " Gene Vincent & the Blue Caps", dont "Important words". Après "Crazy legs", "Five days" et "Lotta Lovin" en 1957, il part pour l'Australie, où il participe à une tournée avec Little Richard et Eddie Cochran.

" Gene Vincent rocks and the Blues Caps roll", enregistré dans la foulée, ne remporte pas le succès escompté malgré les titres "Baby blues", "Brand new beat" et "Right now". A la faveur d'"A record date", Gene Vincent se rapproche d'un autre rocker, Eddie Cochran, qui participe aux arrangements et aux choeurs, donnant naissance à "Git it" ou encore "Rocky road blues". Adepte de la vie en tournée et soucieux d'élargir son public, le chanteur part au Japon, accompagné du guitariste, Jerry Merritt, avec qui il enregistre "Crazy time", qui sera son seul album classé au Royaume Uni.

Gene Vincent , qui ne parvient pas franchement à s'imposer aux Etats-Unis, s'exile en Angleterre en 1959. C'est là qu'il bâtît, ou plutôt qu'on lui bâtît, son image de rocker impénitent... cuir noir, médaillon d'argent, le tout toujours avec la bAnane... Un style que lui emprunteront Vince Taylor ou encore Johnny Kidd. L'éthylisme Attaché à l'Europe dans son ensemble, il se produit également à Paris à l'Olympia avant d'entreprendre en 1960 une tournée britannique avec Billy Fury et Eddie Cochran, qui sera tué dans un accident dans la route. Gene Vincent , également présent dans le véhicule, s'en tirera avec des fractures.

En guise d'hommage à son ami, il enregistre "Pistol packin' mama", d'après justement un arrangement d'Eddie Cochran. Après "Crazy beat", "It's been nice", "If you want my lovin" et une tournée en Afrique du Sud en 1961, Gene Vincent inspire la scène française, bouleversée par le twist et le rock and roll. Johnny Hallyday, Les Chaussettes Noires ou encore Les Chats Sauvages ont trouvé leur idole. Le chanteur, lui aussi, troublé par le twist réenregistre son tube, qui devient "Be bop a lula '62". Un titre qu'il promène dans l'hexagone, où il se produit entre 1963 et 1964 à Metz, Mulhoouse ou encore Lyon.


En Angleterre, il amorce un retour au rock and roll pur et dur en empruntant certains titres à Little Richard pour "Shakin' up a storm" en 1964. Sujet à ses problèmes d'alcoolisme, Gene Vincent met un frein à ses activités après une tournée française en 1969 au cours de laquelle il est accompagné à Paris par l'orchestre de Johnny Hallyday. Il enregistre le disque "If you could only see me now" pour le Royaume-Unis et " Gene Vincent " pour les Etats-Unis avant une ultime tournée désastreuse en France : organisation défectueuse et vente de places insuffisantes. Témoignage de cette période, l'enregistrement pirate réalisé lors d'un concert à Saint-Etienne en juin 1970, intitulé "Rythm in blue".

De retour aux Etats-Unis en 1971, il décède suite à ses ulcères le 11 février.

Gene Vincent & the Blue Caps Gene_v13


Dernière édition par Predicta le Lun 24 Juin - 22:40, édité 2 fois
Predicta
Predicta

Messages : 41145
Date d'inscription : 09/11/2012

http://kustomkingdom.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Re: Gene Vincent & the Blue Caps

Message  Fif le Dim 11 Nov - 17:44

les meme gouts avec buddy holly
Fif
Fif

Messages : 1325
Date d'inscription : 11/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Re: Gene Vincent & the Blue Caps

Message  ChevyDave le Dim 11 Nov - 19:24

Gene, une des plus belles voix des fifties ... Twisted Evil
Je suis fan !
ChevyDave
ChevyDave

Messages : 3915
Date d'inscription : 11/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Re: Gene Vincent & the Blue Caps

Message  Predicta le Lun 12 Nov - 17:18



Dans une cover de Chuck Berry



Dans une Cover de Little Richard



Un de ses classiques
Predicta
Predicta

Messages : 41145
Date d'inscription : 09/11/2012

http://kustomkingdom.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Gene Vincent - Say Mama

Message  Predicta le Lun 12 Nov - 17:36



Dernière édition par Predicta le Lun 24 Juin - 22:53, édité 2 fois
Predicta
Predicta

Messages : 41145
Date d'inscription : 09/11/2012

http://kustomkingdom.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Gene Vincent - Dance to the Bop - American Bandstand 1957

Message  Predicta le Lun 12 Nov - 17:38






Dernière édition par Predicta le Lun 24 Juin - 22:58, édité 1 fois
Predicta
Predicta

Messages : 41145
Date d'inscription : 09/11/2012

http://kustomkingdom.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Re: Gene Vincent & the Blue Caps

Message  Predicta le Lun 12 Nov - 17:45





Predicta
Predicta

Messages : 41145
Date d'inscription : 09/11/2012

http://kustomkingdom.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Re: Gene Vincent & the Blue Caps

Message  Predicta le Sam 26 Jan - 20:33

Gene Vincent & the Blue Caps 40052210

Bien qu'il n'ait pas fréquenté les studios Sun de Sam Phillips, l'homme à la casquette bleue est l'un des grands pionniers du rock'n'roll. Réponse du label Capitol à l'ascension irrésistible d'Elvis Presley, Gene Vincent a laissé une œuvre brute et dévastatrice, dominée par les solos de certains des meilleurs guitaristes du rockabilly : Cliff Gallup puis Johnny Meeks.

Vincent Eugene Craddock naît le 11 février 1935 à Norfolk, en Virginie. Ayant perdu une jambe à la suite d'un accident de moto, Vincent tente de vivre de sa passion pour la musique. Le succès immédiat de son premier disque en 1956 – Be-Bop-A-Lula, une composition de lui-même d'après un personnage de bande dessinée – le propulse presque instantanément des orchestres de bals locaux aux grandes scènes nationales, au cinéma (il fait une apparition remarquée dans The Girl Can't Help It – La Blonde et moi –, de Frank Tashlin, 1956) et sur les plateaux de télévision. En quelques mois, il aligne succès sur succès (Bluejean Bop !, Crazy Legs, Rocky Road Blues, Race With the Devil), aujourd'hui considérés comme des classiques du rock'n'roll.


Gene Vincent & the Blue Caps 42156110
Comme son ami Eddie Cochran, Gene Vincent jouit d'une grande réputation en Grande-Bretagne. C'est ensemble qu'en 1960 ils effectuent la tournée qui sera fatale à Cochran, victime, le 16 avril, d'un accident de voiture dont réchappe Gene Vincent, atteint cependant de multiples fractures qui le laissent considérablement diminué. Démoralisé, en proie à de vives souffrances, il se tourne vers l'alcool et la drogue ; durant les années 1960, il disparaît de la scène américaine.

Cependant, sa popularité est intacte en Europe et c'est pour ses fans d'outre-Atlantique qu'il effectue un come-back qui vaut en 1969 le bon album I'm Back and I'm Proud (réédité en 1 CD par le label See For Miles). Mais il décède de ses excès alcooliques à l'âge de trente-six ans, le 12 octobre 1971, à Los Angeles (Californie). Sa figure a acquis une aura de légende et il continue d'être adulé par des fans nombreux et fidèles dans le monde entier. Son œuvre est bien représentée dans le coffret de six CD Gene Vincent Box Set (Capitol).

— Gérard HERZHAFT

Gene Vincent & the Blue Caps 40717210


Dernière édition par Predicta le Lun 24 Juin - 22:43, édité 1 fois

_________________
We don't care the People Says , Rock 'n' roll is here to stay - Danny & the Juniors - 1958
Predicta
Predicta

Messages : 41145
Date d'inscription : 09/11/2012

http://kustomkingdom.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Re: Gene Vincent & the Blue Caps

Message  Predicta le Mar 28 Mai - 20:24

Gene Vincent & the Blue Caps 39543510
Vincent Eugene Craddock est né le 11 février 1935 à Munden Point (Virginie). Ses parents Ezekiah Jackson (volontaire dans les garde-côtes) et Mary Louise tiennent une modeste épicerie. C’est un ami qui initie le jeune garçon à la musique en lui offrant une guitare.

En route pour le rock'n'roll
Il s’essaie au gospel et au blues, et écoute de la country à la radio. En 1952, il s'engage dans l’armée : Craddock est considéré comme un bon marin à bord, et un faiseur d’embrouilles à terre. Stationné trois années plus tard en Corée, à bord d’un destroyer, et alors qu’il se pavane en permission au guidon d’une toute nouvelle Triumph, c’est à Norfolk qu’il est percuté par une Chrysler. Craddock est gravement blessé à la jambe gauche. Un temps envisagée, l’amputation est refusée à corps et à cris par le jeune homme, qui s’engage alors dans un interminable parcours au sein de diverses unités hospitalières. Après de multiples opérations, il est contraint de consolider son membre par une armature d’acier, qu’il conservera toute sa vie. La claudication sera permanente. En septembre 1955, il découvre Elvis Presley lors d'un concert organisé par la radio locale.

Be Bop a Lula
Au début de l’année suivante, il commence à se produire avec le groupe The Virginians dans un programme à dominante country (avec une première mouture de « Be Bop a Lula »). Cette chanson inspirée par une héroïne de bandes dessinées (Little Lulu) aurait été composée à l’hôpital, par Eugene et un voisin de lit, et ce dernier aurait cédé ses droits à un animateur de radio – Sheriff Tex Davis – pour une somme symbolique.

Le chanteur rassemble le contrebassiste Jumpin’ Jack Neal, le guitariste rythmique Willie Wee Williams, le batteur Dickie Be-Bop Harrell, et le soliste Cliff Galloping Gallup. Agé de vingt-six ans, Gallup est déjà un instrumentiste émérite, qui rédigera sa Gretsch Black Duo Jet les fondamentaux dont s’inspireront plusieurs générations de guitaristes de rock. Le 11 février 1956, Vincent épouse Ruth Ann Hand.


Gene Vincent & the Blue Caps 40945810

De folles années
Au printemps 1956, le label Capitol auditionne Gene Vincent et son groupe qui enregistrent le 9 avril une première démo incluant « Be Bop a Lula » et « Race with the Devil ». Ils se voient offrir une séance d’enregistrement à Nashville. Le 4 mai 1956, Gene Vincent & the Blue Caps (en référence aux marins engagés dans l’US Navy) entrent dans l’histoire de la musique syncopée.

En un peu moins d’un mois, « Be Bop a Lula » se vend à plusieurs centaines de milliers de copies. Le deuxième 45 tours, « Race with the Devil » affiche des ventes plus modestes. Le groupe enregistre alors un premier album complété grâce à des standards ; « Bluejean Bop » est un nouveau disque d’or.

Instabilité
Les conditions de tournées finissent par lasser Williams et Gallup, remplacé par Russell Wilaford (présent dans le film The Girl Can’t Help It - La Blonde et moi). En juin 1956, Ruth Ann entame une procédure de divorce. En octobre, les Blue Caps synthétisent merveilleusement la rébellion adolescente dans leur deuxième album éponyme, grâce à des déferlantes comme « Cat Man » ou « Double Talkin’ Baby ».

Vincent est alors engagé par le Sand Hotel de Las Vegas. Malheureusement, la jambe du chanteur le fait constamment souffrir. Il finit par se fracturer de nouveau la jambe en plein show. Le repos s’avère nécessaire, et c’est l’instant que choisissent Neal et Tex Davis pour s’éloigner du chanteur.

A l’orée de 1957, Vincent et le survivant Harrell rassemblent à leurs côtés le guitariste Paul Peek, le bassiste Bill Mack (très vite remplacé par Bobby Lee Jones) et le soliste Johnny Meeks. Cette deuxième mouture des Blue Caps entame l’enregistrement de Gene Vincent Rocks and the Blue Caps Roll («Dance to the Bop » et « Lotta Lovin’ »).

A son tour épuisé par les tournées, Harrell jette l’éponge, suivi par Peek et Facenda. Le chanteur participe à un nouveau film (Hot Rod Gang en 1958), et recrute un jeune guitariste à peine âgé de quinze ans, le Mexicain Juvey Gomez. Au mois de mai, il épouse Darlene Hicks.

Rencontre au sommet
Les séances suivantes produisant l’album A Gene Vincent Record Date sont considérées comme les plus historiques du rock'n'roll : Eddie Cochran rend en effet visite à son ami, et participe aux chœurs de « Rocky Road Blues » et « Summertime ». En octobre 1958, les Blue Caps se séparent ; seul le guitariste Johnny Meeks reste au côté de Vincent, lui offrant « Say Mama ». Poursuivi par les services fiscaux et le syndicat des musiciens, Vincent décide alors de transporter ailleurs ses talents. Le 27 avril 1959 naît sa première fille, Melody Jean.



Gene Vincent & the Blue Caps 52603710
Drame
C’est après avoir rencontré le guitariste Jerry Merritt que le chanteur s’envole pour une tournée japonaise à l’été 1959. Le mois d’août est ensuite occupé à l’enregistrement de Crazy Times, album qui rencontre un grand succès, mais sur lequel on déplore l’absence de Meeks. « She She Little Sheila » offre un nouveau hit. C’est en Angleterre que le Sudiste pose le pied le 6 décembre 1959. Son manager britannique, constatant que le chanteur n’est pas le mauvais garçon annoncé, mais bien un méridional courtois et posé, habille Vincent de cuir noir, et d'un médaillon d’argent autour de son cou. Vincent fréquente toujours les plateaux de cinéma (Live It Up, pellicule britannique qui voit également les débuts d’un certain Steve Marriott, futur chanteur de The Smalll Faces et Humble Pie).

Après un nouveau triomphe à l’Olympia de Paris, Vincent est rejoint par Eddie Cochran en Angleterre. Le 17 avril 1960, après un concert à Bristol, les deux chanteurs rallient Londres en taxi. Un virage mal négocié les propulse contre un réverbère : Cochran perd la vie dans l’accident, et Vincent souffre de fractures à la clavicule et de côtes cassées. « Pistol Packin’ Mama », arrangé par les deux amis, est enregistré par Vincent quelques jours après les funérailles de Cochran : il y est accompagné par le jeune organiste Georgie Fame.



Gene Vincent & the Blue Caps 43029510
Amères désillusions
Le 13 octobre 1960 naît son fils, Gene Vincent Jr. En 1961, lassée de patienter à la maison alors que son mari est en tournée, Darlene demande le divorce, et s’en va, ses deux enfants sous le bras.

Malgré une inspiration constante (« I’m Going Home »), le chanteur peine à retrouver la voie du succès. Il s’épanouit bien davantage sur scène, lors d'une tournée avec Brenda Lee. La même année, il participe à la comédie It’s Trad, Dad! de Richard Lester.

Le 29 mai 1963, sa nouvelle épouse Margaret Griffith lui donne une fille, Sherri Ann. Mais Vincent devient une victime collatérale de l’ascension des Beatles. Sa survie économique passe alors par d’harassantes tournées en Allemagne, ou en Italie.

Le 19 septembre 1965, son mariage ayant de nouveau sombré, le chanteur s'envole pour l'Afrique du Sud, où il officialise ses fiançailles avec Jackie Frisco, qu'il épouse l'année suivante. C’est à la fin de 1965 que Vincent se retire pour dix-huit longs mois en Californie. Il effectue un come back placé sous le signe de la déshérance, de l’alcoolisme, de la violence, et de l’autodestruction.



Gene Vincent & the Blue Caps 42836410
Dernières années
Il enregistre en 1969 l'album I’m Back and I’m Proud. Et c'est sur l'insistance de John Lennon qu'il participe en octobre à Toronto au concert du Plastic Ono Band. Gene Vincent ne survit alors que par l’initiative de fans qui lui font enregistrer une poignée de chansons en septembre 1971, et peu de temps après un album complet en Grande-Bretagne. C’est dans ce pays qu’il donne ses deux derniers concerts, à Liverpool les 3 et 4 octobre 1971. Rapatrié à Newhall (Californie), il décède le 12 octobre 1971, des suites d’un ulcère - et d’une hémorragie stomacale – alors qu’il rendait visite à son père. Il est inhumé à l’Eternal Valley Memorial de la ville. Il était âgé de trente-six ans.

En 1993, le guitariste Jeff Beck lui consacre un album entier (« Crazy Legs »). C’est en 1997 qu’on inaugure par son souvenir le Rockabilly Hall of Fame. En 1998, il est honoré par le Rock and Roll Hall of Fame. On peut marcher sur une étoile à son nom sur Hollywood Boulevard. Gene Vincent est incarné en 2008 par Carl Barât dans Telstar, film de Nick Moran, inspiré de la pièce londonienne du même nom.

Christian Larrède


Dernière édition par Predicta le Lun 24 Juin - 22:45, édité 1 fois

_________________
We don't care the People Says , Rock 'n' roll is here to stay - Danny & the Juniors - 1958
Predicta
Predicta

Messages : 41145
Date d'inscription : 09/11/2012

http://kustomkingdom.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Re: Gene Vincent & the Blue Caps

Message  Predicta le Mar 28 Mai - 20:40

Gene Vincent & the Blue Caps 40120010
Premières années (1935-1955)

Gene Vincent est le fils d'Ezekiah Jackson Craddock et de Marie Louise Cooper. Son père surnommé Kie, enrôlé dans la marine côtière pendant la Seconde Guerre mondiale surveille l'approche éventuelle de Uboats allemands. Sa mère tient un commerce. La famille déménage très tôt à Munden Point, dans l'État de Virginie, près de la frontière de Caroline du Nord. Ses parents y deviennent gérants d'une épicerie. Auditeur régulier de l'émission Grand Ole Opry, le jeune Eugene (qui porte à cette époque déjà le surnom de Gene) montre un intérêt pour la musique. Il écoute de la country, du hillbilly, du bluegrass. Mais il se familiarise aussi avec le blues et le gospel, car la communauté noire est importante dans le quartier pauvre où il vit1. Il reçoit sa première guitare à l'âge de douze ans2. Il joue régulièrement pour les passants, perfectionnant ainsi son style vocal et son jeu de guitare. Très vite, on le reconnaît dans les rues, et ses amis le surnomment The Screamin' Kid3.

En 1948, ses parents décident de quitter Munden Point et de retourner à Norfolk où ils tiennent un magasin d'alimentation générale et de vêtements de marins. Chétif et souvent sujet aux taquineries de ses camarades d'école, Gene Vincent quitte assez tôt les études et s'engage dans l'US Navy à dix-sept ans, le 19 février 1952, pendant la guerre de Corée. Comme il est trop jeune, ses parents signent pour lui l'acte d'engagement. Il travaille principalement sur l'USS Chukawan, navire pourvoyeur de carburant. Gene navigue dans les eaux coréennes mais ne participe jamais directement aux combats, contrairement à ce que prétendent certains articles plus tard qui attribuent sa blessure à la guerre. En mars 1955, après trois années de service, Gene signe pour six années supplémentaires afin de percevoir la prime de réengagement, avec laquelle il s'achète une moto Triumph. En juillet, il est heurté dans Norfolk par une Chrysler conduite par un ivrogne qui « brûle » un feu rouge4 : il est grièvement blessé à la jambe gauche. À l'hôpital, les médecins veulent l'amputer, mais Gene refuse que sa famille signe les documents d'autorisation. Il passe les six mois suivants en de nombreux séjours à l'hôpital naval de Portsmouth. C'est pendant un de ces séjours qu'il s'exerce à écrire des chansons. On lui enserre finalement la jambe dans une armature métallique5. Il est réformé peu après. Il est toutefois réincorporé peu après, à la suite d'une erreur de frappe dans son CV.

Gene Vincent & the Blue Caps 40959110
Débuts musicaux (1955-1956)

En septembre 1955, à Norfolk, il voit sur scène Elvis Presley, encore peu connu6. Le 9 octobre, Gene passe une audition lors de l'émission de Teddy "Bear" Crutchdield, DJ local7

Il se marie le 11 février 1956 avec Ruth Ann Hand8.

Le même mois, il participe à un concours de chant dont un membre du jury est Sheriff "Tex" Davis9, animateur de WCMS, une radio de Norfolk. Gene fait sa connaissance et, dès lors, se produit chaque week-end dans le « Country Showtime » de WCMS, accompagné par le trio The Virginians, qu'entourent d'autres musiciens. C'est ainsi qu'il interprète pour la première fois en public Be-Bop-A-Lula, chanson qu'il aurait écrite à l'hôpital10, et qui serait inspirée de Little Lulu, une héroïne de bande dessinée11.

En ce début de 1956, le phénomène Elvis Presley explose avec Heartbreak Hotel, sorti en janvier. Le succès foudroyant de ce disque met en émoi tous les labels : chacun est en quête de « son » Presley12, et Sheriff "Tex" Davis le sait. Il décide de miser sur Gene. Il devient son directeur artistique13, et l'entoure de quatre musiciens jouant pour WCMS : Cliff Gallup (guitare solo), Willie Williams (guitare rythmique), Jack Neal (contrebasse), Dickie Harrell (batterie)14. Le 9 avril, Gene et son groupe, les Blue Caps (référence à la casquette des marins) enregistrent dans les studios de WCMS une démo de trois titres : Be-Bop-A-Lula, Race With The Devil et I Sure Miss You. Elle est adressée à Ken Nelson, record producer (qu'on peut traduire par « réalisateur artistique ») et A&R man chez Capitol. Trois semaines plus tard, Ken Nelson convoque le groupe en studio pour réenregistrer les titres de la démo

Gene Vincent & the Blue Caps 54321710
Années de succès (1956-1958)
Période Cliff Gallup (1956)

Le 4 mai 1956, le groupe arrive au studio d'Owen Bradley, à Nashville, où Buddy Holly et Johnny Carroll ont déjà enregistré. Ce dernier avait suggéré d'exagérer l'écho. L'ingénieur Mort Thomasson avait alors mis au point un nouveau son5, lequel est repris pour Gene et ses musiciens, dont il parvient à traduire l'innocence, la spontanéité6, le tempérament adolescent et sauvage15. Les trois titres de la démo sont enregistrés, ainsi que Woman Love, une adaptation d'une chanson hillbilly déjà interprétée par Jimmy Johnson. À l'issue de la séance, Vincent Eugene Craddock devient Gene Vincent, et le groupe prend le nom de Gene Vincent and His Blue Caps, en hommage à l'éternelle casquette bleue de son facétieux benjamin, Dickie Harrell15, quinze ans16.

Le single sort le 2 juin17 avec, en face A, Woman Love, et, en face B, Be-Bop-A-Lula. Les passages à la radio de la face A ne rencontrent guère de succès.

Les programmateurs proposent alors la face B2 : 200 000 disques se vendent, dans le seul mois de juin18. Be-Bop-A-Lula, rockabilly syncopé, devient un tube légendaire. Il sera repris par de nombreux artistes.

Du 24 au 27 juin, le groupe enregistre son premier album dans des conditions de live.

Du jour au lendemain, Gene et ses quatre musiciens se voient propulsés au sommet du nouveau show business rock 'n' roll. Le 20 juillet, le groupe entame sa première tournée américaine. Le 13 août voit la sortie de l'album Bluejean Bop, et le 10 septembre celle du deuxième single, Race With The Devil.

Le 14 septembre, le guitariste rythmique Willie Williams quitte le groupe. Il est remplacé par Paul Peek. Le 16 septembre, c'est au tour du lead guitar Cliff Gallup de s'en aller. Marié, il apprécie peu la vie de tournée. Il est remplacé par Russell Wilaford. Le 22 septembre, la tournée prend fin.

Le 23 septembre, sort le troisième single, Bluejean Bop. Le 26 septembre, une séquence pour le film The Girl Can't Help It (La Blonde et moi) de Frank Tashlin est tournée. Les deux nouveaux du groupe, Paul Peek et Russell Wilaford, sont les guitaristes que l'on y voit mimer l'interprétation de Be-Bop-A-Lula. Pris par d'autres engagements, Russel Wilaford quitte bientôt le groupe5 sans avoir jamais enregistré.

Le même mois, Gene et Ken Nelson arrivent à convaincre Cliff Gallup de faire un bref retour, le temps de participer à la session d'enregistrement du deuxième album, qui a lieu du 15 au 18 octobre, toujours au studio d'Owen Bradley, à Nashville.

Les solos d'un Cliff Gallup à la guitare « plus rapide et aveuglante que la lumière »6 ont nettement contribué aux premiers succès de Gene Vincent5,19. Le départ de ce guitariste joue en partie un rôle dans l'évolution ultérieure du style du chanteur20.

En novembre, Gene effectue sa première tournée au Canada.

La fin de l'année 1956 est difficile. Gene souffre énormément de sa jambe malade, éprouvée par les concerts. Il doit faire un nouveau séjour à l'hôpital. Jack Neal, le contrebassiste, part à son tour. Et le directeur artistique Sheriff "Tex" Davis se sépare également du groupe.
Blue Caps remaniés (1957)

Le deuxième album, un des plus sauvages de Gene Vincent, un des meilleurs aussi2, sort le 4 mars 1957 sous le nom de Gene Vincent and the Blue Caps. Il contient notamment Red Blue Jeans and a Pony Tail, Cruisin', Double Talkin' Baby, You Better Believe, Cat Man...

Un nouveau groupe est constitué pour les tournées, avec Johnny Meeks en guitariste solo. La guitare rythmique acoustique et la contrebasse sont remplacées par une guitare électrique et une guitare basse. Le groupe se renforce de deux choristes-clappers-danseurs chargés de soutenir le chant et d'animer les prestations scéniques.

Le 28 avril a lieu un concert à Chicago, au Howard Miller Show, devant plus de 30 000 personnes en délire. Gene reçoit alors son premier disque d'or, celui de Be-Bop-A-Lula.

Les 19 et 20 juin, le studio de Nashville n'étant pas disponible, Gene enregistre Lotta Lovin' et Dance to the Bop dans les studios du Capitol Records Building, à Hollywood. L'environnement de travail est approximatif. Le son change.

Le 24 juin, Gene divorce21. La chanson Lotta Lovin' sort le 22 juillet. C'est un succès. En octobre22, Gene effectue une tournée de trois semaines en Australie, en compagnie de Little Richard et d'Eddie Cochran, qui devient son grand ami.

Mais Gene a un caractère difficile, et les Blue Caps sont constamment remaniés.

Le 17 novembre 1957, Gene et son groupe participent à la fameuse émission de télévision The Ed Sullivan Show et y reçoit son second et dernier disque d'or de sa carrière pour Lotta Lovin'. Il y interprète Dance to the Bop, qui sort le lendemain et sera son ultime succès avec les Blue-Caps. Du 6 au 18 décembre, le groupe est de retour aux studios Capitol, où les conditions de travail laissent plus que jamais à désirer. Quinze morceaux sont enregistrés, en vue d'un album et de divers singles.

Gene Vincent & the Blue Caps 57796310


Dernière édition par Predicta le Lun 24 Juin - 22:48, édité 1 fois

_________________
We don't care the People Says , Rock 'n' roll is here to stay - Danny & the Juniors - 1958
Predicta
Predicta

Messages : 41145
Date d'inscription : 09/11/2012

http://kustomkingdom.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Re: Gene Vincent & the Blue Caps

Message  Predicta le Mar 16 Juil - 21:04

Gene Vincent & the Blue Caps 6267_210
Blue Caps remaniés (1957)

Le deuxième album, un des plus sauvages de Gene Vincent, un des meilleurs aussi2, sort le 4 mars 1957 sous le nom de Gene Vincent and the Blue Caps. Il contient notamment Red Blue Jeans and a Pony Tail, Cruisin', Double Talkin' Baby, You Better Believe, Cat Man...

Un nouveau groupe est constitué pour les tournées, avec Johnny Meeks en guitariste solo. La guitare rythmique acoustique et la contrebasse sont remplacées par une guitare électrique et une guitare basse. Le groupe se renforce de deux choristes-clappers-danseurs chargés de soutenir le chant et d'animer les prestations scéniques.

Le 28 avril a lieu un concert à Chicago, au Howard Miller Show, devant plus de 30 000 personnes en délire. Gene reçoit alors son premier disque d'or, celui de Be-Bop-A-Lula.

Les 19 et 20 juin, le studio de Nashville n'étant pas disponible, Gene enregistre Lotta Lovin' et Dance to the Bop dans les studios du Capitol Records Building, à Hollywood. L'environnement de travail est approximatif. Le son change.

Le 24 juin, Gene divorce21. La chanson Lotta Lovin' sort le 22 juillet. C'est un succès. En octobre22, Gene effectue une tournée de trois semaines en Australie, en compagnie de Little Richard et d'Eddie Cochran, qui devient son grand ami.

Mais Gene a un caractère difficile, et les Blue Caps sont constamment remaniés.

Le 17 novembre 1957, Gene et son groupe participent à la fameuse émission de télévision The Ed Sullivan Show et y reçoit son second et dernier disque d'or de sa carrière pour Lotta Lovin'. Il y interprète Dance to the Bop, qui sort le lendemain et sera son ultime succès avec les Blue-Caps. Du 6 au 18 décembre, le groupe est de retour aux studios Capitol, où les conditions de travail laissent plus que jamais à désirer. Quinze morceaux sont enregistrés, en vue d'un album et de divers singles.

Gene Vincent & the Blue Caps 6270_210
Fin des Blue Caps (1958)

Le troisième album, Gene Vincent Rocks And The Blue Caps Roll, sort le 8 mars 1958. Gene est alors au sommet de son succès. De nombreux adolescents américains se reconnaissent dans son style, celui d'un rebelle torturé, à la jambe fracassée par un accident de moto. Les résultats des ventes, sans atteindre ceux du premier disque, tiennent bon.

Gene obtient un rôle caméo dans le film Hot Rod Gang, où il va chanter notamment Baby Blue23. Les chansons du film sont enregistrées du 25 au 29 mars, en même temps que d'autres, destinées à un quatrième album. Les séquences sont filmées le 30 mars. En mai, Baby Blue sort en single et n'a pas de succès aux États-Unis 5 (alors qu'il sera l'un de ses plus grands en France). Le même mois, Gene se marie une nouvelle fois. L'heureuse élue est Darlene Hicks, qui lui inspirera un célèbre slow-rock.

Une session d'enregistrement, en vue d'un cinquième album, a lieu du 13 au 21 octobre 195824. Déjà vocaliste lors de la session de mars, Eddie Cochran assure la basse et participe aux arrangements de façon anonyme5. C'est le dernier enregistrement des Blue Caps en tant que tels. Le groupe se sépare. Gene doit honorer sa fin de contrat avec des musiciens de studio. En novembre, sort le single Say Mama. Le même mois, le quatrième album, intitulé A Gene Vincent Record Date est mis en vente. Il ne rencontre pas le succès2.

Gene Vincent & the Blue Caps 66720_10
Fin d'une époque (1959)

Le 27 avril 1959, Darlene et Gene ont une petite fille, Melody Jean8. Gene part en été pour une tournée de trois semaines au Japon, où il reçoit un accueil délirant. Il sort un cinquième et un sixième albums, Sounds Like Gene Vincent (1er juin 1959) et Crazy Times (1er janvier 1960).

Mais la fin des années 1950 marque la fin d'une époque : au grand soulagement de l'Amérique conservatrice et puritaine25, le rock « pur et dur » commence à être boudé par les radios, qui lui préfèrent des créations moins « sauvages ». C'est la montée des chanteurs « pretty faces »2. Après six albums et une poignée de 45 tours, Gene Vincent est désormais en dehors de la mode. Il n'a pas le physique de Frankie Avalon, ni celui de Fabian, encore moins celui d'Elvis Presley — lequel glisse à ce moment-là vers un style de plus en plus mélodique et pop.

Alors Gene se tourne résolument vers l'Europe. Au Royaume-Uni, les succès de « pionniers », comme Tommy Steele et Johnny Kidd, ouvrent un chemin prometteur au rock 'n' roll dur.

Gene Vincent & the Blue Caps 15092710
Succès en Europe (1960-1962)

Gene est invité au Royaume-Uni par le producteur de télévision Jack Good, qui lui demande d'effectuer un certain nombre de passages dans l'émission Boy Meets Girls. Gene arrive à Londres le 5 décembre 1959. Il est accueilli en héros du vrai rock. Sa carrière est relancée. Jack Good, s'attendant à voir débarquer un voyou briseur de mobilier, est un peu décontenancé de rencontrer un jeune homme affable et déférent, qui l'appelle « sir ». Aussi suggère-t-il à Gene un costume de scène (inspiré de celui que Vince Taylor a adopté depuis 1957 et qu'il a lui-même tiré de celui de Marlon Brando dans L'Équipée sauvage) qui sera désormais le sien, et qui sera copié par quantité d'autres rockers (dont Elvis pour le come-back du rock 'n' roll en 68) : blouson, pantalon, et gant(s), de cuir noir, médaillon au cou26. Le 12 décembre, Gene apparaît dans l'émission.

Il chante pour la première fois en France le 15 décembre, à l'Olympia de Paris8.

Eddie Cochran le rejoint au Royaume-Uni le 11 janvier 196024. Ensemble, ils entament une tournée dans le pays. Dans la nuit du 17 avril 1960, Eddie Cochran trouve la mort dans un accident de voiture, à Chippenham, dans le Wiltshire. Présent dans le véhicule au moment de la collision, Gene, quant à lui, a la clavicule et des côtes cassées, ainsi que des blessures à sa jambe déjà meurtrie. Il ne se remet jamais tout à fait de la perte de son ami. Il ne sort d'ailleurs qu'un seul single cette année-là. En hommage à Eddie Cochran, depuis cet accident, il porte toujours un gant de cuir noir à la main gauche.

Le 13 octobre 1960, Darlene et Gene ont un garçon, Gene junior8.

Gene ne reprend le chemin des studios qu'à partir de février 1961. En avril, il divorce une deuxième fois27. Il effectue un tour de galas en terre britannique, accompagné par l'orchestre Sounds Incorporated, puis par les Shouts, avec lesquels il enregistre un de ses rares albums des années 1960.

Aux États-Unis, Gene Vincent est oublié petit à petit, tandis qu'il est très populaire en Europe, notamment en Angleterre. En France, des groupes autochtones comme Les Chaussettes Noires ou Les Chats Sauvages contribuent à sa notoriété en adaptant ses morceaux en français27.

Le 23 janvier 1963, Gene se marie pour la troisième fois, avec Margie Russell. Le 29 mai, le couple a une petite fille, Sherri Ann8.
Années tragiques (1963-1971)
Gene Vincent en 1967

Gene doit affronter, en cette année 1963, le déferlement de la nouvelle génération du british beat, dont les plus éminents représentants, les Beatles, sont pourtant ses admirateurs (on a beaucoup spéculé sur une offre de Gene de produire leur premier album). Le contrat de Gene avec Capitol n'est pas renouvelé27. En délicatesse (?) avec le fisc américain, en manque d'un contrat sérieux (il a des liaisons éphémères avec de petits labels, comme Challenge, Dandelion, Kama Sutra), Gene ne conserve qu'une poignée de fans. Ses disques ne se vendent plus28. Il doit se lancer dans des tournées harassantes pour vivre2. Le rocker embarque alors pour le vieux continent. Il multiplie les tournées en Europe. Il garde de fidèles admirateurs, en France notamment (où ses fans le surnomment affectueusement « Gégène »28), mais aussi aux Pays-Bas et en Allemagne.

En 1964, en tournée en Afrique du Sud, il noue une liaison avec Jackie Frisco, chanteuse locale29. En 1965, il quitte Margie29. À la fin de l'année, sa santé et sa carrière sont au plus bas. Mal dans sa peau, torturé, Gene Vincent pousse de plus en plus son « esprit rock » à son paroxysme, multipliant les abus d'alcool. Intransigeant, il n'accepte aucun compromis, et peut parfois se montrer violent30,31. « Personnage attachant et instable », il use « amours, amitiés et bonnes volontés avec une constance suicidaire »1. Son talent cependant reste entier, tout comme sa passion pour le rock 'n' roll pur et dur32.

En 1966, Gene et Jackie Frisco se marient à Mexico29. Gene revient en Europe en 1967, mais c'est pour retomber dans le même style de vie autodestructeur5. En 1970, il se sépare de Jackie Frisco, dont il ne divorce pas29. Sa dernière tournée en France, en juin, tourne au désastre.

Criblé de dettes, miné par l'alcool et le désespoir, Gene trouve la mort le 12 octobre 1971, à 36 ans, victime d'une hémorragie stomacale. Il est enterré à l'Eternal Valley Memorial Park, à Newhall (Californie).

Gene Vincent & the Blue Caps 10108210

Gene Vincent & the Blue Caps 10693310


Dernière édition par Predicta le Lun 24 Juin - 22:50, édité 1 fois

_________________
We don't care the People Says , Rock 'n' roll is here to stay - Danny & the Juniors - 1958
Predicta
Predicta

Messages : 41145
Date d'inscription : 09/11/2012

http://kustomkingdom.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Re: Gene Vincent & the Blue Caps

Message  Predicta le Mar 16 Juil - 21:05

Gene Vincent & the Blue Caps 10693510
Gene avec les Beatles

_________________
We don't care the People Says , Rock 'n' roll is here to stay - Danny & the Juniors - 1958
Predicta
Predicta

Messages : 41145
Date d'inscription : 09/11/2012

http://kustomkingdom.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Re: Gene Vincent & the Blue Caps

Message  Predicta le Mar 26 Aoû - 20:59

Gene Vincent est la légende du  rock n'roll par excellence, de part son allure de rebel, mais aussi par son style musical plein de violence et de sexualité. Mais c'est surtout grâce au mélange génial du style vocal de Gene (toujours à la limite de l'explosion dans une sorte de violence latente), de l'accompagnement parfait des Blue Caps (formation pourtant se modifiera au grès des albums) et de compositions d'une inventivité et d'une originalité incroyable qui feront de Gene Vincent une véritable référence du rock n'roll.
Nous verrons ici l’œuvre artistique de Gene et ses Blue Caps au niveau des lps qu'il fit pour Capitol Records, son oeuvre y est trés intéressante à écouter on peut y noter une très intéressante évolution musicale entre 1956 et 1962.
Gene Vincent & the Blue Caps Genevi10
Tout le monde connait "Be bop a lula" son succès planétaire,  Gene ne le sortie qu'en 45 tours, ses premiers titres qui nous intéresse sont ceux de son indispensable premier album "Blue Jean Bop" dés ce lp tout son style est présent, des compositions géniales, des reprises fabuleuses, une voix et un accompagnement musical irréprochable associé à une énergie fantastique.
Rien que le titre en question "Blue Jean Bop" depuis son intro vocal calme et doucereuse qui se déchaine rapidement dans un rock sauvage est une pièce d'anthologie. L'album regorge d'autres rock  fabuleux rapides, énergiques  et toujours très fins mélodiquement: Who slapped John? qui commence par un dialogue entre deux voix se répondant en accapella préparant l'auditeur au reste de la mélodie qui est d'une inventivité incroyable, I flipped, Jump back honey jump back, Jumps Giggles, and shout,  4 morceaux d'anthologie rock n'rollienne à eux tout seul, à la fois violent, trés musicaux et surtout réellement originaux. Le plus étonnant dans cet album, c'est la variété musicale on trouve au côté des splendides rocks  de magnifiques ballades qui n'ont vraiment rien de soporifiques, avec Up a lazy river un must musical et vocal et des médiums rock géniaux comme Ain't she sweet? ou Bop street  (avec ici aussi des mélodies particulièrement recherchées). Pour ces enregistrements les Blue Caps sont Cliff Gallup à la guitare solo, Jack Neal à la contrebasse, Wee Willie Williams à la guitare rythmique et Dickie Harrelll à la Batterie.
Gene Vincent & the Blue Caps Genevi11

L'album suivant est tout aussi indispensable quoi que plus proche du rockabilly au niveau stylistique, ici encore  beaucoup plus de morceaux rapides et sauvages. En effet  Red Blue jeans and a pony tail, Hold me, hug me, rock me, Cat man, Cruisin', Pink Thunderbird ou pretty pretty baby sont des rock violents tout en restant parfait musicalement et vocalement. On peut noter de cette liste le rock au style psychotique Catman avec un chant délirant plein de cris soutenus par un tempo tout aussi décapant, et le magnifique Cruisin'   une mélodie à la fois très agréable et pourtant très rapide comme Gene & the Blue Caps savent si bien le faire.


Gene Vincent & the Blue Caps Gene-v10
Le troisième album de 1958 Gene Vincent rock! and the Blue Caps Roll marque un changement stylistique , les morceaux sont des rock n'roll plus carrés et moins déjantés  que sur les deux lps précédents, mais sans pour autant perdre de l’intérêt. Les Rocks rapides Brand new beat,  Rollin' Danny et It's no lie soutenus par de très bon backin' vocaux sont des véritables petites pépites de rock n'roll blanc. Les médiums rock comme Flea brain, by the light to the Sylvery moon et Frankie and Johnnie sont également de fantastiques titres dont l'interprétation est absolument parfaite. Enfin les ballades In my dreams, Your cheatin heart ou You belong to me sont des reprises totalement remaniées par Gene et ses Blue caps qui leur donne une nouvelle vie.
 
Gene Vincent & the Blue Caps Genevi12
         
l'album suivant "A gene Vincent Record Date" marque encore un nouveau changement musical dans l’œuvre de Gene le son et la production studio sont encore plus travaillés que dans le précédent lp.
Evidemment nous sommes loins du style déjanté des deux premiers albums  , mais les rocks trés inventifs et d'une qualité artistique indéniable comme five feet of lovin', Teen age partner et surtout Git it méritent à eux seuls l'achat de l'album.Les autres titres comme les reprises de Hey good lookin' ou du jazz Summertime permettent de nous faire profiter ici aussi de la grande technique vocale de Gene.

Gene Vincent & the Blue Caps Genevi13

L'album de 1959 "Sounds LIke Gene Vincent" permet à Gene de nous faire un album particulièrement émouvant vocalement reprenant des classiques de Fats domino Little Richard ou Chuck Berry, dont les deux splendide rock Maybelline et Reddy Teddy. L'album est complètement cohérent et mérite largement une écoute attentive qui saura vous faire partager son atmosphère subtile, on peut noter une reprise du blues My babe sous le titre Vincent Blues.

Gene Vincent & the Blue Caps Kgrhqn14

L'album "Twist crazy times !" est pour moi un magnifique album de Gene, tout les titres sont d'une inventivité mélodique époustouflante même si le style est proche du rock n'roll du début des sixties,  les titres sont tous de trés grande qualité, il y a les incontournables rock  She she little sheila et Crazy times, mais aussi des titres moins connus tout aussi bon comme Darlene, Green back dollar, Mitchiko from Tockyo (au sonorité asiatiques de circonstance) Hot Dollar et Pretty Pearly.Cette album souvent méconnu du grand public est une réelle merveille.

Gene Vincent & the Blue Caps Gene_v10

Nous arrivons au dernier album de Gene sur Capitol The Crazy beat of Gene Vincent étonnement cinq titres enregistré en 1958 côtoient les autres de 1960 et 1961. Pourtant l'unité de l'ensemble est totale. Dans les titres de 1958 nous trouvons la fantastique ballade Important words, des tout aussi fantastiques titres comme High blood pleasure, Gone gone gone ou Lonesome boy, et une reprise de Rip it up. Des enregistrements de 1961 les rock Crazy beat et Good lovin' sont de véritables petits classiques du vrais rock 'n' roll du début des sixties.

_________________
We don't care the People Says , Rock 'n' roll is here to stay - Danny & the Juniors - 1958
Predicta
Predicta

Messages : 41145
Date d'inscription : 09/11/2012

http://kustomkingdom.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Re: Gene Vincent & the Blue Caps

Message  vdett 51 A-V8 le Mer 27 Aoû - 7:58

pour moi c'est le rocker à l'état pure,le diamant brut du ROCK N' ROLL
vdett 51 A-V8
vdett 51 A-V8

Messages : 194
Date d'inscription : 27/03/2014

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Re: Gene Vincent & the Blue Caps

Message  ChevyDave le Mer 27 Aoû - 10:55

Il a été rocker jusqu'à la fin ...  Twisted Evil
ChevyDave
ChevyDave

Messages : 3915
Date d'inscription : 11/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Re: Gene Vincent & the Blue Caps

Message  Dj Eddie-Cesc le Lun 12 Oct - 8:11


Dj Eddie-Cesc

Messages : 416
Date d'inscription : 03/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Re: Gene Vincent & the Blue Caps

Message  Dj Eddie-Cesc le Dim 6 Déc - 9:37


Dj Eddie-Cesc

Messages : 416
Date d'inscription : 03/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Gene Vincent and Blue Caps - Race with the Devil

Message  Predicta le Lun 24 Juin - 22:52


_________________
We don't care the People Says , Rock 'n' roll is here to stay - Danny & the Juniors - 1958
Predicta
Predicta

Messages : 41145
Date d'inscription : 09/11/2012

http://kustomkingdom.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Gene Vincent and the Blue Caps - Gonna Back Up Baby

Message  Predicta le Lun 24 Juin - 22:55


_________________
We don't care the People Says , Rock 'n' roll is here to stay - Danny & the Juniors - 1958
Predicta
Predicta

Messages : 41145
Date d'inscription : 09/11/2012

http://kustomkingdom.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Gene Vincent and the Blue Caps - Crazy Legs

Message  Predicta le Lun 24 Juin - 22:59


_________________
We don't care the People Says , Rock 'n' roll is here to stay - Danny & the Juniors - 1958
Predicta
Predicta

Messages : 41145
Date d'inscription : 09/11/2012

http://kustomkingdom.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Gene Vincent & the Blue Caps Empty Re: Gene Vincent & the Blue Caps

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum